ACDE | À propos de nous
16477
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16477,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

À propos de nous

Mission

L’Association canadienne des doyens et doyennes d’éducation (ACDE) regroupe des doyens, doyennes, directeurs et directrices de facultés, d’écoles et de départements d’éducation au sein des universités et collèges universitaires canadiens. Les membres de l’ACDE s’engagent à exercer un leadership pancanadien en ce qui concerne la formation et le perfectionnement des enseignants et enseignantes, la recherche en éducation et les politiques suivies dans les universités et collèges universitaires. L’ACDE est une association membre de la Société canadienne pour l’étude de l’éducation.

La mission de l’ACDE repose sur cinq postulats :

  • L’excellence de la formation et du perfectionnement des enseignants et enseignantes ainsi que des politiques éducatives solides et responsables sont les socles de la société civile et de l’avenir du Canada dans un contexte mondial.
  • Le rôle de l’éducateur ou de l’éducatrice dans une société civile est celui d’un intellectuel public ou d’une intellectuelle publique.
  • La formation et le perfectionnement des enseignants et enseignantes ainsi que des politiques éducatives judicieuses sont essentiels pour le développement de l’individu et de la société.
  • L’affirmation et la promotion de la diversité culturelle sont tributaires d’un système d’éducation bien développé et de la qualité de la formation à l’enseignement.
  • La recherche et la pratique se renforcent mutuellement.

Il s’ensuit que la mission de l’ACDE consiste à promouvoir la formation et le perfectionnement des enseignants et enseignantes, à mener des recherches en éducation et à participer à l’élaboration de politiques éducatives. Outre l’accès et le succès pour tous, l’ACDE appuie le perfectionnement professionnel des éducateurs et éducatrices par le biais des études universitaires de premier cycle et de la formation initiale à l’enseignement, aux cycles supérieures et continue. L’ACDE s’emploie à promouvoir des recherches en éducation de haut calibre et à élaborer des politiques et des initiatives de concert avec d’autres partenaires en éducation, comme les gouvernements provinciaux, les ordres des enseignants et enseignantes, les organisations d’enseignants et enseignantes ainsi que les associations professionnelles.

Les membres de l’ACDE se rencontrent deux fois par année, une fois dans le cadre du congrès annuel de la Société canadienne pour l’étude de l’éducation et une fois à l’automne.

Histoire

L’Association canadienne des doyens et doyennes d’éducation (ACDE), autrefois connue sous le nom de Canadian Association of Deans of Education (CADE), a été créée en 1969. En 1972, la CADE ainsi que plusieurs autres associations se sont regroupées pour former la Société canadienne pour l’étude de l’éducation (SCÉÉ). La CADE réunissait des doyens, doyennes, directeurs et directrices de facultés, d’écoles et de départements d’éducation au sein des universités et collèges universitaires canadiens.

Au cours des années 1980, la CADE a joué un rôle important dans la consolidation de la SCÉÉ en étant l’un des bailleurs de fonds du secrétariat de la SCÉÉ. L’appui financier des doyens et doyennes y a aussi été beaucoup dans le lancement et le soutien de la Revue canadienne de l’éducation.

L’Association francophone des doyennes et des doyens, des directrices et directeurs d’éducation du Canada (AFDÉC) a présenté à la SCÉÉ sa demande d’adhésion, qui a été approuvée en 1990. La CADE et l’AFDÉC ont fonctionné de manière parallèle au sein de la SCÉÉ jusqu’à leur fusion en 2006, moment où les noms Association of Canadian Deans of Education / Association canadienne des doyens et doyennes ont été choisis. Tout au cours des années 1980 et 1990, le but premier de la CADE fut de réunir les doyens et doyennes pour discuter d’enjeux d’intérêt commun. Les initiatives visant à mobiliser les membres de la CADE dans une approche coordonnée vis-à-vis des questions éducatives ont eu un succès mitigé. À l’époque, la CADE ne disposait ni d’une constitution ni d’un énoncé de mission.

Au cours de la période 2002-2004, plusieurs nouveaux membres de la CADE ont vu l’avantage de transformer l’association en une organisation d’une portée nationale dans la sphère de l’éducation. Parmi les premières actions entreprises a figuré l’élaboration d’une constitution, qui fut ratifiée en 2004. L’instauration d’un consensus parmi les établissements membres a pris plusieurs années, le point culminant étant la publication d’un Accord général en 2006. L’Accord général, qui a été ratifié à l’unanimité, a marqué le début d’une nouvelle ère de collaboration entre les doyens et doyennes, les signataires signalant ainsi leur volonté de travailler ensemble en vue de continuer à exercer une influence positive et significative dans le secteur de l’éducation au Canada. Aujourd’hui, l’ACDE s’emploie à exercer un leadership à l’échelle nationale en ce qui concerne la formation et le perfectionnement des enseignants et enseignantes, la recherche en éducation et les politiques suivies dans les universités et les collèges universitaires.

Cinq autre accords ont suivi l’Accord général : l’Accord sur la formation initiale à l’enseignement (paru en 2006), l’Accord sur l’éducation autochtone (paru en 2010), l’Accord sur la recherche en éducation (paru en 2011), l’Accord sur l’apprentissage et l’éducation de la petite enfance (paru en 2013) et l’Accord sur l’internationalisation de l’éducation (paru en 2014).

Les accords permettent à l’ACDE de contribuer au discours national sur l’importance de l’éducation publique comme moyen de développer et de maintenir une société civile. Les membres de l’ACDE utilisent surtout ces accords dans trois contextes : a) au sein de leurs propres facultés, b) auprès d’autres doyens et doyennes et de cadres supérieurs dans leurs universités respectives et c) auprès d’organisations partenaires externes, comme le gouvernement et des fédérations d’enseignants et enseignantes. Les accords sont des documents de base qui servent à encadrer les discussions visant à exercer une influence sur les politiques au sein de ces trois contextes.

Constitution

La constitution de l’ACDE a été rédigée par un membre de l’ACDE, Michael Manley-Casimir, doyen d’éducation à la Brock University. La constitution été ratifiée en octobre 2004. Les amendements ainsi que leur date d’entrée en vigueur sont indiqués dans la constitution.

PDF à télécharger

Membres du bureau de direction

Président

Kirk Anderson, Ph. D., en est à son deuxième mandat à titre de doyen de la Faculté d’éducation à la Memorial University of Newfoundland. Il est titulaire d’un doctorat en administration scolaire et leadership pédagogique de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario de l’University of Toronto (2002). Il est né dans l’ouest de la province de Terre-Neuve dans une famille d’origine micmaque et inuite. Il a été enseignant et directeur d’école et, au cours de cette période, il a été actif dans l’administration d’un arrondissement scolaire. Il a fait partie de la Newfoundland and Labrador Teachers’ Association. Après cette partie de sa carrière dans l’enseignement (1981-2004), il devient professeur en sciences de l’éducation à l’University of Saskatchewan (2002-2003), à l’University of Calgary (2004-2007) et à l’University of New Brunswick (2007-2011), où il a été nommé doyen associé, avant de se joindre à la Memorial University en 2011.

En 2007, il s’est vu décerner le prix d’excellence en enseignement par la Graduate Students’ Association de l’University of Calgary. Ses principaux domaines de recherche universitaire sont le leadership en éducation et l’efficacité des écoles. Il a aussi mené des recherches importantes sur le succès des écoles autochtones et collaboré à divers projets internationaux. Il est actuellement membre de plusieurs groupes de recherche nationaux et internationaux. Plus récemment (2013), il a été nommé membre du comité des questions autochtones de l’Université de l’Arctique. Kirk est le nouveau président (2017-2019) de l’Association canadienne des doyens et doyennes d’éducation (ACDE) ainsi que le vice-président anglophone (2016-2020) de la Société canadienne pour l’étude de l’éducation.

Secrétaire-trésorier

Michael Owen 

Président Désignée

La Pre Cathy Bruce, Ph. D., est doyenne de la School of Education and Professional Learning et directrice du Centre for Teaching and Learning à la Trent University en Ontario. En 2013, elle s’est vu décerner un prix prestigieux, celui de l’Ontario Colleges and University Faculty Association pour l’excellence de son enseignement. En 2015, elle a reçu l’Eduardo Flores International Leadership Award pour son leadership dans la recherche-action. Elle mène un programme de recherche financé par le CRSH dans le cadre duquel elle étudie, de concert avec son équipe, l’efficacité du personnel enseignant et des élèves, l’efficacité de nouveaux modèles d’apprentissage professionnel destinés aux enseignants, l’utilisation de la technologie en classe de mathématiques ainsi que l’enseignement et l’apprentissage de sujets difficiles comme les fractions et l’algèbre.

Une facette fort intéressante de ses recherches porte sur les mathématiques pour les jeunes enfants, recherches auxquelles participent des enseignants et d’autres chercheurs ainsi que des enfants de la prématernelle à la deuxième année, l’objectif étant de cerner ce dont les enfants sont capables en termes spatiaux et mathématiques s’ils sont soutenus adéquatement dans une atmosphère d’apprentissage par le jeu. Ses travaux font appel à la collaboration d’enseignants en classe afin de combler les écarts entre la recherche et la pratique.

Conseillère

Airini, Ph. D., est la doyenne de la Faculty of Education and Social Work à la Thompson Rivers University, en Colombie-Britannique. Elle est aussi professeure associée à la Victoria University (Melbourne, Australie), une nomination honorifique qui lui a été décernée pour s’être distinguée dans la promotion de la recherche sur l’éducation, la diversité et l’apprentissage continu, et professeure associée à l’AUT University (Auckland, Nouvelle-Zélande). Boursière Fulbright à la Howard University, à Washington DC, Airini a étudié comment convertir des politiques en enseignement supérieur en de meilleurs résultats pour les étudiants les plus démunis. Les travaux actuels d’Airini portent sur la conception de systèmes d’avant-garde visant à combler les écarts quant à la réussite scolaire et à améliorer les acquis sociaux.

Airini a piloté l’élaboration de stratégies et de politiques à l’OCDE et dans des pays en développement, comme la stratégie de 15 ans pour l’éducation dans les îles Cook (petite enfance au postsecondaire) (budget évalué à 112 millions de dollars NZ) et l’évaluation de la formation à l’enseignement aux Tonga (budget évalué à 9 millions de dollars). Airini a travaillé pour le bureau de Paris de l’UNESCO à titre de chef de projet pour le développement de ressources internationales en éducation. En 2011, elle a été invitée à fournir des orientations futures globales pour l’action de l’UNESCO dans le secteur de l’enseignement supérieur. Elle a été rédactrice invitée pour l’APCEIU (Asia-Pacific Centre of Education for International Understanding), un organisme affilié à l’UNESCO et basé en Corée, et elle a publié des documents sur l’éducation à la citoyenneté internationale. Elle a occupé un poste ministériel au sein de la sous-commission de la Nouvelle-Zélande sur l’éducation pour l’UNESCO et joué un rôle clé dans la promotion du Réseau du système des écoles associées de l’UNESCO (NZ). Elle est l’auteure de divers documents sur l’élaboration et la réforme de politiques publiques dans des contextes nationaux et internationaux.

Conseillère

(francophone)

Lace Marie Brogden, Ph. D.

Originaire des prairies canadiennes, ayant longtemps vécu aux territoires de Traité no 4, j’occupe depuis juillet 2016 le poste de doyenne à la Faculté d’éducation à l’Université Laurentienne. Ayant travaillé aux différents paliers, M à 12, ministériel et postsecondaire, je crois à l’importance de tenir compte de diverses perspectives et de veiller au non-dit lorsque nous travaillons en collectivité vers des principes de la justice sociale et de l’équité pour un meilleur avenir.

En tant que chercheure, je m’intéresse surtout à la lingustique appliquée, en particulier les enjeux associés à l’enseignement en immersion française. Je cherche à privilégier la complexité des multiples discours qui nous entourent et les possibilités qui en découlent.

Conseillère

Jennifer Tupper 

Secrétariat

Katy Ellsworth, directrice générale de l’ACDE, a obtenu sa maîtrise ès arts en histoire à la Queen’s University. Elle a commencé à travailler dans l’édition pédagogique avec la Troisième Enquête Internationale sur l’Enseignement des Mathématiques et des Sciences à l’University of British Columbia. Elle est la coauteure avec Kris Magnusson et Blye Frank, membres de l’ACDE, de « The ACDE Accords: A Case Study in Democratic Leadership » (sous la direction de Shultz et Viczko, Assembling and Governing the Higher Education Institution, 2016).

En plus de travailler avec le bureau de direction de l’ACDE sur la planification des orientations stratégiques de l’ACDE, Katy organise la réunion annuelle et planifie le programme de l’ACDE pour le congrès annuel de la Société canadienne pour l’étude de l’éducation (SCÉÉ).

Pour communiquer avec Katy :  katy.ellsworth@acde-acde.ca